Atelier Insertion en Milieu Pénitentiaire

 

 

 

L’augmentation importante des peines d’emprisonnement de ces dernières années a entraîné une surpopulation carcérale qui culmine en 2012 à 67 373 personnes détenues pour 57 400 places. Cette sur-occupation, particulièrement préoccupante en maisons d’arrêt, nuit non seulement aux conditions de détention des personnes écrouées, mais aussi à leur accompagnement médical et social, et à leur préparation à la sortie.
 
La prison ne doit pas exclure, mais au contraire donner à la personne condamnée la motivation pour sortir de la spirale de la délinquance.
 
 
 
D’abord, l’ adhésion à l’intervention de personnes extérieures dépend du temps d’incarcération. Certains temps d’incarcération permettent plus ou moins la remobilisation et à la construction d’un projet.
 
L’accompagnement proposé doit être défini sur un temps précis et régulier qui peut s’adapter à la temporalité du rythme carcéral (promenade, repas, douche, mouvement exceptionnel, etc.).
 
Par ailleurs, la création d’un groupe restreint de 3 à 6 personnes parait adaptée car il permet la circulation de la parole tout en amenant aux prisonniers un espace collectif enrichissant.
 
Enfin, l’intervention dans un milieu coercitif nécessite de penser à l’instauration d’un cadre informel pour que l’espace proposé amène une réelle impression d’ouverture autant physiquement que psychiquement.
 
 
Objectifs:
 
  • Ouvertures de droits et orientation vers les structures de droit commun
  • Formation et la validation des compétences
  • Donner accès aux soins
  • Ouvrir à la culture : atelier d’écriture, film-débat, musique, dessins...

 

L'atelier doit aider les jeunes majeurs inactifs à entrer dans un processus de remobilisation,
 
 
Public :
 
  • L’âge: 18-25 ans
  • La durée d’incarcération: 8 à 10 mois d’incarcération
  • La volonté de participer
 
 
Partenaires:
 
Les SPIP : · Un rendez-vous préalable avec le CIP référent est planifié et des points réguliers se tiennent tout au long de l’intervention.
 
Pôle Emploi, Missions Locales : · Les relations partenariales permettront aux détenus d’avoir un accès facilité vers les différentes instances de droit commun à leur sortie. Les correspondants PE /Justice pourront participer au projet : directement par une intervention en prison ou indirectement par la transmission de compétences.
 

Les Associations : · ARAPEJ, Croix-Rouge Française, Fondation de l’armée du Salut, Secours Populaire

 

 

 

L’action sera menée sur trois mois à raison de deux séances par mois d’une durée de 2h30 (10h-12h30 ou 14h-16h30). Avant la première séance un rendez-vous individuel avec chaque participant a lieu afin d’évaluer leurs attentes.