Rêve

Fonctionnement incohérent des neurones, désordre psychique,

A contenu absurde et sans valeur pratique.

 

Echappatoire dans laquelle s’engouffrent toutes nos frustrations,

Régule notre esprit nous aide à accepter nos conflits, un mode de communication.

 

Le rêve est la seule chose qui n’appartient qu’à nous.

 

Je m’appelle Gigi, j’ai 20 ans,

Mais cette nuit j’étais Vincent,

Et j’en avais 53.

Je me suis retrouvée dans une villa,

Apparemment j’étais chez moi,

Quand le téléphone sonna.

Sans aucun moment d’hésitation,

Je décroche et je dis mon nom.

Au bout du fil, une femme, ma femme,

Qui me demande de venir la chercher

A son cours de yoga.

 

Est-ce le reflet de mes états d’âme ?

Ou juste un amalgame

D’informations mal synchronisées ?

Peut-être un désir refoulé

De vouloir être déjà mariée ?

Ou est-ce juste lié au film que j’ai vu hier à la télé.

 

Cauchemar, rêve lucide, prémonitoire ou éveillé,

Nous servent à évacuer

Nos angoisses et nos peurs.

Et même s’il est difficile de trouver une interprétation,

Ou des fois juste une bonne raison.

Pour nous rêveurs,

Ces songes sont un vrai pas vers l’acceptation.

 

Mais revenons à nos moutons,

Je m’appelle Vincent et j’ai 53 ans.

Je sors mon chien, un caniche croisé labrador,

Et tout va bien,

Mis à part que j’ai mal à l’index droit.

Je ressens tout à coup des fourmillements dans le corps,

Je regarde de plus près mon doigt,

Il est transpercé par un clou argenté,

Mais heureusement la plaie n’est pas ensanglantée.

Je monte dans ma locomotive,

Pour aller chercher ma femme en ville,

Elle est là, les yeux dans le vide,

Elle me voit et me tend un sac de billes.

Instinctivement je l’attrape, et comme une évidence,

J’y plonge mon doigt.

 

Je me réveille, j’ai un moment d’absence

Et réalise que ma main est coincée

Entre le sommier et le matelas.

Je la libère, ainsi que mon doigt complètement compressé,

Et je me rendors, épuisée.

 

Une heure plus tard, changement de décor,

Je suis mannequin chez Christian Dior.

Je défile sur le podium,

En relativisant au maximum

La douleur que provoquent mes talons aiguilles sur mes pieds.

En un instant, je me retrouve le nez au sol,

Et oui, je viens de tomber, pas de bol !

Je cours pour échapper,

Aux stylistes qui en veulent à ma peau,

Une seconde a suffit pour ruiner leur boulot.

J’atterris ensuite dans un supermarché,

La caissière vient m’aborder,

Elle me hurle dessus en me disant que je vais être arrêtée.

Une fois de plus je fuis,

A la recherche d’un ami,

Ou au moins de quelqu'un de gentil,

Qui voudra bien me sortir de ce cauchemar.

 

C’est le matin, je me lève,

Et chez moi c’est le bazar,

 

Cette nuit j’ai encore somnanbulé 

Et toutes les chaises sont retournées.

 

Pendant le sommeil,

Notre inconscient trouve le moyen d’enrichir notre conscience,

Mais dès le réveil,

Tout reprend sa place et on retrouve nos repaires.

On se sert de nos rêves comme des expériences

Bien souvent éphémères...

 

Mais tout ce qu’il y a à retenir de ces pensées bizarres et incontrôlées,

C’est qu’il faut savoir les accepter.

 

Alors si, en sortant de votre prochaine phase de sommeil,

Vous vous sentez perdu à cause de vos rêves,

Dites-vous juste que : « la nuit porte conseil ».

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Contact : + 33 07 60 45 45 86 © Thagae

Appel

Email

Plan d'accès