Les valeurs

 

 

Thagae propose des services en faveur des institutions publiques et privées dans le domaine socio-éducatif. Nous mettons en place des projets innovants aussi bien en faveur des enfants que des adultes, des personnes de milieu favorisé que précaire.

 

Thagae permet aux institutions privées et publiques de faire appel à un service social de proximité, mobile et disponible, lorsque les structures de droit commun ne peuvent répondre à leur demande. L’objectif est bien de faire le lien et d’orienter vers les partenaires adaptés s’ils existent ou d’offrir un suivi socio-éducatif personnalisé lorsque le milieu associatif ou gouvernemental n’en a pas les moyens humains et matériel.

 

Nous accompagnons divers publics dans un cadre de prise en charge aussi bien judiciaire, civil et pénal, qu’administratif. Notre expertise dans le champ de la protection de l’enfance, de la réinsertion, du handicap, des personnes dépendantes ou encore de l’orientation de populations migrantes, nous ont amèné à acquérir des connaissances théoriques et pratiques sur l’analyse de situations complexes.

 

Afin de proposer un suivi ou une intervention sociale de qualité, il est important de repérer les problématiques spécifiques et de mettre en place un projet individualisé pour chaque personne rencontrée. Nous sommes convaincus que des rencontres enrichissantes permettent de rebondir lors d'une étape difficile. 

 

De nature optimiste, nous sommes toujours à la recherche de la solution la plus adaptée et la plus individualisée. Nos valeurs s'articulent autour de la solidarité, la tolérance et le respect de l'autre.

 

Ces atouts et notre expérience nous permettent d'entrer en relation avec les personnes en proie à un mal-être et de s'adapter à leur mode de communication pour évoluer ensemble vers l'apaisement et l'épanouissement personnel.

 

 

Une de nos spécificités se situe dans la pratique de la Langue des Signes Française, nous pouvons aisément discuter avec des personnes sourdes et malentendantes et leur apporter des réponses adaptées sans quiproquo. Ces dernières rencontrent des difficultés liées à leur handicap qui peuvent nuire à leur insertion et à leur épanouissement. Nous parlons également l’anglais et plusieurs autres langues courantes.

 

 

Grace à Thagae, nous apportons des conseils et mettons en place des accompagnements à partir des besoins du terrain, des bénéficiaires et nous adaptons à leur temporalité. Par ailleurs, nos années d’expériences dans différentes associations et institutions nous permettent de solliciter des professionnels en fonction des difficultés repérées pour un accompagnement global. En effet, notre réseau et les partenariats établis sont indispensables pour échanger sur nos pratiques professionnelles. A ce titre, nous nous appuyons sur des fonctions supports sur le plan juridique, médical, sanitaire et social mais aussi culturel et sportif. 

 

 

 

Découvrez ci-dessous nos derniers articles. Vous pourrez notamment en apprendre davantage sur notre champ d'intervention.

 

 

 

 

 

 

 

Le  Malade

 

 

À 7h32, Bertrand, 40ans, se lève,

Direction sous la douche,

Mais avant il met deux pilules dans sa bouche,

Il a encore l’impression d’être dans un rêve.

Bertrand est agent immobilier,

Un travail qui est loin de le combler.

Il ne traîne pas, il est déjà en retard,

8h03, il est sur le départ.

 

De son côté, Alphonse du même âge

Dort toujours profondément,

Il est sur un petit nuage,

Il se réveillera dans un moment.

Lui aussi est agent immobilier,

Mais a une toute autre personnalité.

 

Quand Bertrand est sérieux

Alphonse est fêtard,

Quand Bertrand est mystérieux

Alphonse est bavard.

 

À 10h19, Bertrand boit un café,

Il s’accorde une pause

Il est déjà épuisé,

Lorsqu’il n’a pas sa dose

De comprimés,

Il sait qu’il peut à tout moment basculer.

 

Pendant ce temps, Alphonse au travail

N’a pas à se soucier de faire signer un bail,

Il peut se reposer

En attendant une opportunité,

De se rendre utile et d’exister.

 

Quand Bertrand se morfond

Alphonse profite de la vie,

Quand Bertrand touche le fond

Alphonse n’a plus d’interdit.

 

Au cours de la journée,

Bertrand va se contrôler,

Maîtriser ses émotions

En ingérant des cachets.

Mais son sang froid

Ne sera qu’illusion,

Son comportement le trahira.

 

De son côté Alphonse, jusqu’ici serein,

Cherche à tout prix un moyen

D’entrer dans la lumière.

Ses médicaments l’empêchent de  prendre la parole

Et il en a ras le bol.

 

Quand Bertrand est soucieux

Alphonse se prépare,

Quand Bertrand est anxieux

Alphonse sort du placard.

 

Bertrand est malade,

Il est schizophrène,

Alphonse fait partie de lui

Malgré sa thérapie.

Bertrand est malade,

Il souffre d’une maladie

Qu’on connaît à peine :

Une psychose accompagnée

D’une perte de la réalité

Et d’un repli sur soi.

Alphonse fait partie de lui,

Et Bertrand, malgré ses calmants,

Lui est soumis,

Irrévocablement.

 

23h55, Bertrand s’est endormi

C’est peut être le seul moment

Où il oubliera sa schizophrénie.

Pourtant, Bertrand est à moitié guéri.

Il a déjà sorti de sa vie,

Xavier, Sylvain, Antoine et Benoît.

 

Mais Bertrand n’est pas vraiment lui sans eux,

Un jour il y arrivera et il pourra être heureux.

 

Quand Bertrand est soucieux

Alphonse se prépare,

Quand Bertrand est anxieux

Alphonse sort du placard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SIDA

 

 

S comme syndrome,
une maladie fantôme
qui s'attaque à nos atomes,
nous laissant des hématomes
comme l'un de ses nombreux symptômes.

 

I comme immunitaire,
des cellules élémentaires,
issues d'une chaîne héréditaire,
qui sont rudimentaires
contre les virus qui nous altèrent.


D comme déficient,
synonyme d'absent, d'inexistant, de néant,
un système de défense insuffisant,
qui est pour tous handicapant.


A comme acquise, active,
mais plus vraiment réactive,
une maladie collective
survenue lors d'une phase affective,
avérée évolutive,
elle sera destructive.

 

Syndrome d'Imuno-Déficience Acquise,
une maladie qui nous exclue
et pourtant à l 'oeil nu
elle n'est pas visible
elle nous rend accessible.

 

D'abord, on produit des anticorps,
pour être plus fort,
mais on se sent vulnérable,
alors, on fournit une batterie de tests,
et là on comprend qu'on est coupable,
on se déteste.
On n'a pas mis de préservatif,
croyant qu'il était facultatif.

 

C'était il y a 8 semaines
lors d'une nuit d'amour à la fin incertaine.
Ensemble, ils papotent, se tripotent, chipotent
et tant bien que mal,
s'évadent,
pensant avoir gagné le jackpot.
Alors que leur union,
lors d'un échange banal,
les a fait tomber malade.
Ils voulaient partager leurs émotions,
ils se sont transmis un poison.


Ensuite, ils sont en proie à une primo-infection,
et se posent tout un tas de question,
ils se sentent seuls alors qu'ils sont 40 millions.


A partir de là leur destin choisira,
ils guériront une première fois,
certains plus solides vivront,
mais d'autres plus faibles subiront
chaque maladie opportuniste,
et leur rémission ne sera qu'illusion
face aux médecins pessimistes.

 

Il y a bien les lymphocytes cytotoxiques,
détruisant les cellules infectées,
qui leur seront administrés.

Mais pour ajouter du tragique
à cette histoire métaphysique,
les sidéens se trouveront enfermés,
dans une spirale endiablée.

 

Alors en attendant un vaccin,
prenons notre mal en patience,
mais pour que cela finisse bien,
un mot d'ordre : vigilance.


Mieux vaut prévenir, lorsqu'on ne peut pas guérir.