Valeurs

Thagae propose des services en faveur des institutions publiques et privées dans le domaine socio-éducatif et plus largement des sciences humaines. Les accompagnements mis en place sont innovants autant auprès des enfants que des adultes et des personnes de tous horizons et tous milieux socio-professionnels.

 

Cette structure permet aux institutions mais aussi aux particuliers de faire appel à un service psycho-social de proximité, mobile et disponible, lorsque les structures de droit commun ne peuvent répondre à la demande. L’objectif est bien de faire le lien et d’orienter vers les partenaires adaptés s’ils existent ou d’offrir un suivi socio-éducatif personnalisé : réalisation de démarches administratives, soutien psychologique, aide à la parentalité, médiation, orientation scolaire et reconversion professionnelle.

 

Afin de proposer un suivi ou une intervention sociale de qualité, il est important de repérer les problématiques spécifiques et de concevoir un projet individualisé pour chaque personne rencontrée. Je suis convaincue qu'une rencontre enrichissante permet de rebondir lors d'une étape de vie difficile. 

 

De nature optimiste, mon équipe et moi sommes toujours à la recherche de la solution la plus adaptée et la plus individualisée.

 

Nos valeurs :

 

Disponibilité

 

Tolérance 

 

Respect de l'autre

 

Efficacité

 

Adaptabilité

 

 

Ces atouts et notre expérience variée nous permettent d'entrer en relation avec les personnes en proie à un mal-être et de s'adapter à leur mode de communication pour évoluer ensemble vers l'apaisement et l'épanouissement personnel.

 

Grâce à Thagae, nous apportons des conseils et mettons en place des accompagnements à partir des besoins du terrain, des bénéficiaires et nous adaptons à leur temporalité. Notre réseau et les partenariats établis sont indispensables pour échanger sur nos pratiques professionnelles. A ce titre, Thagae rassemble des fonctions supports sur le plan juridique, médical, sanitaire et social mais aussi culturel et sportif. 

Agathe LE BLANC, Fondatrice de Thagae 

 

Titulaire d’une maîtrise en Sciences de l'Education, mention Insertion et Intervention Sociale sur les Territoires, ainsi que d'un diplôme d’Educatrice Spécialisée, j’ai été amenée à accompagner divers publics dans un cadre de prise en charge aussi bien judiciaire, civil et pénal, qu’administratif.

 

Mes expériences professionnelles dans le champ de la protection de l’enfance, de la réinsertion, du handicap, des personnes dépendantes ou encore de l’orientation de populations migrantes, m’ont amenées à acquérir des connaissances théoriques et pratiques sur l’analyse de situations complexes.

 

Je suis également titulaire d’un diplôme universitaire de Droit et Stratégies de l’action Humanitaire ainsi qu’un diplôme  d’Entreprenariat qui me permettent d’avoir des compétences transverses auprès des bénéficiaires et dans l'organisation de cette structure sociale innovante.

 

 
Par ailleurs, mes années d’expériences dans différentes associations et institutions (Protection Judiciaire de la Jeunesse, Croix-Rouge Française entre autres) me permettent de solliciter des professionnels en fonction des difficultés repérées pour un accompagnement global. 

 

 

 

 

 

L'accessibilité est une priorité, je pratique la Langue des Signes Française (LSF) et mes différentes formations me permettent d'intervenir auprès de tout handicap qu'il soit moteur, psychologique ou intellectuel. 

 

 

Quelques poèmes écrits au fil des rencontres ...

par Agathe LE BLANC

Le deuil du confiné

Faire la liste de toutes ces choses remises à plus tard,

Confiné contre notre gré, isolé, on apprend à s’occuper.

On se laisse aller à l’introspection dans un certain brouillard,

Sûrement trop habitué, lobotomisé, bientôt intoxiqué

Par nos écrans, nos vies, nos routines de gens actifs.

Ce virus migrateur vient déstabiliser tous nos repères,

Le Monde, face à l’épidémie, bascule en mode défensif,

Obligé de devoir s’adapter à cette crise sanitaire.

 

D’abord, une phase de déni, provoquée par le choc,

Plongé dans l’incompréhension, on choisit d'fermer les yeux.

Le microbe se développe sans que nul ne l’évoque.

Il tue peut-être des hommes déjà mais à cent mille lieues.

Notre rythme de vie effréné ne s’interrompera pas,

Pourquoi modifier nos quotidiens pour une maladie ?

Cet organisme microscopique jamais ne nous atteindra.

L’infection est maitrisée, traitée, nous sommes donc à l’abri.

 

 

Puis vient la prise de conscience, deuxième étape du deuil,

La colère se lève partout, on parle même de guerre.

Nos journées se remplissent peu, du fond de nos fauteuils,

Comment vivre enfermé, on risque de manquer d’air.

Les enfants n’ont plus cours, les adultes restent chez eux,

Rares le voient comme une chance de changer d’idéal.

Pourtant étions-nous à ce point heureux ?

Ne serait-ce pas là une opportunité de se rendre original.

 

L’heure de la négociation arrive à mi-parcours,

On parvient à s’organiser, à comprendre les enjeux.

Mais l’espoir semble faire face à quelques détours :

Des gestes barrières pour parer les effets contagieux,

Les chercheurs parlent de vaccins accessibles dans un an,

Alors testons en masse au produit réactif et sérologique,

Trouvons des alternatives en attendant le traitement,

L’économie doit se réinventer malgré le diagnostic.

 

 

Car déjà la dépression se forme parmi nous,

Le temps n’a plus de saveur, les jours sont semblables,

Une récession sociale, sans toucher, sans goût,

Des aînés qui restent seuls, qualifiés de vulnérables.

Les êtres vivants ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes

Devant cette puissante Nature qui reprend ses droits.

On récolte la tempête, on se souvient de ce qu’on sème,

A l’avenir cette épreuve, devrait ouvrir une plus belle voie…

 

Viendra enfin le point final de l’acceptation,

Nous dresserons le bilan de chaque résultat,

Pour sortir grandi, plus fort, dans notre évolution,

Tout cela est avant tout une chance, plus qu’un combat.

Un seul oiseau est en cage et la liberté est en deuil,

Si Prévert nous aidait à en faire l’analyse,

Nous commencerions ensemble, avec un nouvel œil,

A construire une Terre meilleure, où chacun se mobilise.

 

 

Le Malade

À 7h32, Bertrand, 40 ans, se lève,

Direction sous la douche,

Mais avant, il met deux pilules dans sa bouche,

Il a encore l’impression d’être dans un rêve.

Bertrand est agent immobilier,

Un travail, loin de le combler.

Il ne traîne pas, il est en retard,

8h03, il est sur le départ.

Cinéphile

Il a la faculté de tout scénarisé

Les choses de la vie

Il sait les romancer.

Il tire sur les ficelles

Et fait tomber le rideau

Aux delà du matériel et du scénario.

Il change nos idéaux à son propre tempo

Impose une mélodie

Sur des sujets oubliés

De la tragédie à la comédie

SIDA

S comme syndrome,
une maladie fantôme
qui s'attaque à nos atomes,
nous laissant des hématomes
comme l'un de ses nombreux symptômes.


I comme immunitaire,
des cellules élémentaires,
issue d'une chaîne héréditaire,
qui sont rudimentaires
 

Pompier

Quand je serai grand,

je serai pompier,

J’y pense à tout va, à tout vent, sans arrêt

Ma passion à moi, c’est aider.

 

Et peu m’importe que le métier

Ne rime pas avec sécurité,

Mon uniforme me servira de bouclier.

A bord de mon camion rouge, j’aiderai

Rêve

Fonctionnement incohérent des neurones, désordre psychique,

 

A contenu absurde et sans valeur pratique.

Echappatoire dans laquelle s’engouffrent toutes nos frustrations,

 

Régule notre esprit nous aide à accepter nos conflits

Patte blanche

Dans la société actuelle,

Les mélanges font parti du décor.

 

Des métissages accidentels,

Formé au cours du temps et des imports-exports.

Nous amènent à un mélange,

Original voir étrange.

 

De multiples nuances,

 

Alcool

C’est l’heure de la pause,

Mon verre est là.

Je me sers une dose,

C’est plus vraiment un choix.

 

L’alcool, fait parti de moi.

Quand je repense à la première fois,

C’était comme une évidence,

Je buvais

Et ça me donner confiance

En moi.

Handicap

L’appréhension qu’on a envers les handicapés,

Nous vient de la peur d’un jour leur ressembler.

 

Un aveugle paniqué,

Sur un trottoir encombré,

Qui s’apprête à traverser

Un passage clouté,

Sans aucun point de repaire sur les voitures à l’arrêt.

Nous renvoie l’image

“L’histoire est une galerie de tableaux où il y a peu d’originaux et beaucoup de copies.” Alexis de Tocqueville

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Contact : + 33 07 60 45 45 86 © Thagae

Appel

Email

Plan d'accès